-morphe


-morphe

morph(o)-, -morphe, -morphique, -morphisme Éléments, du gr. morphê « forme ».

morph(o)-, -morphe, -morphique, -morphisme
éléments, du gr. morphê, "forme".

⇒-MORPHE, -MORPHIE, -MORPHISME, -MORPHIQUE, élém. formants
-morphe, élém. empr. au gr. «qui a la forme de», lui-même tiré du gr. «forme», entrant dans la constr. de mots sav., le plus souvent adj., et appartenant notamment au vocab. de la biol., des sc. de la terre ou des math.; le 1er élém. est gén. tiré du gr. (exception calcimorphe infra). Les adj. en -morphe génèrent fréquemment des dér. en -morphie (subst. fém.) ou en -morphisme (subst. masc.) qui, lorsqu'ils coexistent, sont synon. ou fonctionnent dans des domaines différents; à ces subst. peuvent correspondre des adj. en -morphique qui sont dans certains cas synon. des adj. en -morphe correspondants.
A. — [Le terme en -morphe est att.]
1. [Les mots constr. sont des adj. et parfois adj. et subst.] V. allélomorphe (rem. s.v. allèle) et aussi:
allélomorphisme , subst. biol. ,,Ensemble des phénomènes relatifs aux gènes ou aux caractères allélomorphes`` (Méd. Biol. t.1 1970). Allélomorphique, adj., biol. Synon. de allélomorphe. Gène allélomorphique (GARNIER-DEL. 1972). Rem. Allélomorphe est subst. masc. pour Encyclop. Sc. Techn. t.1 1969, p.337 et MÉTRO 1975. Synon. de allèle.
allomorphe , adj. chim. ,,Qui est caractérisé par l'allomorphie`` (Méd. Biol. t.1 1970). Allomorphie , subst.. 1. Biol. V. allo- A 1. 2. Chim. ,,Passage d'un corps dans un état allotropique très différent`` (DUVAL 1959). Allomorphisme , subst.chim. (GRAND. 1962). Synon. de allomorphie.
andromorphe , adj. biol. ,,Qui présente une forme ou un aspect physique masculin`` (Méd. Biol. t.1 1970).
automorphe. adj. 1. Math. Fonction automorphe. ,,[Les] fonctions (ou formes) automorphes (...) constituent une vaste généralisation des «fonctions fuchsiennes» de Poincaré`` (Encyclop. univ. t.8 1972, p.80), c'est-à-dire des fonctions transcendantes définies par la condition de rester invariables lorsqu'on fait sur la variable certaines substitutions bien déterminées (d'apr. Lar. encyclop.). Henri Poincaré (...) montra (...) que les coordonnées du point courant d'une courbe algébrique de genre quelconque peuvent s'exprimer à l'aide des fonctions automorphes (fuchsiennes et kleinéiennes) d'une seule variable complexe (Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.41). Parmi les substitutions qui interviennent dans les fonctions automorphes figurent les puissances entières de chaque fonction homographique de base (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.52). 2. Sc. de la terre. (Sol, minéral) qui doit sa forme à lui-même. (Dans un processus d'évolution opéré dans des conditions d'humidité moyenne, sans submersion, ni sécheresse excessive, en terre bien drainée, p. ex. décomposition physique des sols arctiques et alpins) (d'apr. PLAIS.-CAILL. 1958). On distingue des minéraux automorphes, capables de développer leur forme cristalline en luttant contre ceux qui les entourent (les grenats, par exemple), et des minéraux xénomorphes, qui se développent dans les espaces restés libres (tectosilicates dans les roches) (Encyclop. univ. t.11 1972, p.51). Lorsqu'un minéral cristallise dans un milieu donné, à condition que sa solidification ait été assez leste et exempte de troubles extérieurs, sa forme solide se limite à des surfaces planes, ou faces, encadrant un polyèdre susceptible d'une définition géométrique. Dans ces conditions, on dira que ce minéral est idiomorphe ou automorphe et cette forme cristalline sera aisément reconnaissable à l'œil nu ou au microscope (Encyclop. Sc. Techn. t.9 1973, p.463). Automorphie , subst. math. Synon. de automorphisme. Les recherches (...) de Picard et Painlevé sur les surfaces algébriques admettant des automorphies rationnelles (Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.42). Automorphisme. subst. 1. Math. Automorphisme d'ensemble. Application biunivoque d'un ensemble sur lui-même (d'apr. Lar. encyclop.). Lorsque les ensembles E et F sont égaux et munis de la même structure, les morphismes de E dans F s'appellent plus simplement endomorphismes de E, et les isomorphismes de E sur F, automorphismes de E (Encyclop. Sc. Techn. t.6 1971, p.677). 2. Psychol. ,,Tendance à juger les autres d'après soi-même`` (Méd. Biol. t.1 1970). 3. Sc. de la terre. ,,Processus par lequel un sol considéré comme un corps naturel, suivrait de lui-même une certaine évolution nécessaire`` (PLAIS.-CAILL. 1958). Automorphique. adj. Synon. de automorphe. 1. Biol. (Modification) imprimée à un organisme par lui-même (d'apr. Méd. Biol. t.1 1970, s.v. autoplastique). 2. Psychol. (Pattern réactionnel) déterminé d'après la propre image de soi-même (d'apr. PIÉRON 1975).
V. biomorphe, biomorphisme, biomorphique (s.v. bio- B 1); calcimorphe, calcimorphique (s.v. calci- A); callimorphe (s.v. calli-); énantiomorphe et aussi:
énantiomorphisme , subst. chim., cristallogr. Propriété du carbone asymétrique, de provoquer dans les molécules qu'il contribue à former, la déviation à droite et à gauche de la lumière polarisée, donc de donner deux substances semblables chimiquement et différentes physiquement, relativement à la lumière (d'apr. GRAND. 1962). Synon. énantiomorphie (rem. s.v. énantiomorphe).
V. endomorphe, endomorphisme, endomorphique (rem. s.v. endomorphe) et aussi:
endomorphie , subst. biol., psychol. Une des trois tendances décelables dans l'espèce humaine dans la classification des types de personnalité de Sheldon, tendance qui dans ses manifestations excessives, peut être illustrée par le bréviligne, le pycnique ou le digestif de diverses classifications (d'apr. Méd. Biol. t.1 1970, s.v. classification de Sheldon). Synon. endomorphisme (v. ce mot C).
V. exomorphe, exomorphisme (s.v. exo- II A 1); gynandromorphe et aussi:
gynandromorphie , subst. biol. ,,Bisexualité morphologique`` (PIÉRON 1973). Synon. de gynandromorphisme.
V. hétéromorphe, hétéromorphie, hétéromorphisme (rem. 1 s.v. hétéromorphe), hétéromorphique (rem. 2 s.v. hétéromorphe); holomorphe, holomorphie (s.v. holo- II A 1); homéomorphe, homéomorphie, homéomorphisme (s.v. homéo- A 3) et aussi:
homomorphe. adj. Qui a la même forme. 1. Bot. Qui est uniforme. Le capitule des composées est homomorphe (d'apr. Lar. encyclop.). 2. Entomol. a) (Appendice) composé de parties semblables (chez les abeilles, les palpes labiaux sont homomorphes ou dimorphes) (d'apr. Lar. encyclop.). b) (Insecte) dont le développement ne comporte pas de métamorphose, synon. amétabole (rem. a s.v. métabole) (d'apr. HUSSON 1970). 3. Math. ,,Image homomorphe d'un ensemble E: ensemble E' sur lequel on peut appliquer l'ensemble E, chacun d'eux étant muni d'une loi de composition interne, loi L et L' donnant de trois éléments de E, liés par la loi L, des images sur E' liées par la loi L'`` (Lar. encyclop.). Dire que deux ensembles sont isomorphes équivaut à dire que chacun d'eux est homomorphe à l'autre (Lar. encyclop., s.v. isomorphe). Homomorphie, subst. fém., biol. Ressemblance d'un animal avec un objet inanimé sur lequel ou près duquel il vit (d'apr. Lar. encyclop.). On désigne par le nom d'homotypie le fait que beaucoup d'animaux se confondent avec le milieu dans lequel ils vivent soit par leur coloration (...), homochromie, soit par leur forme, on parle alors d'homomorphie (Encyclop. Sc. Techn. t.8 1972, p.38). Homomorphisme , subst. 1. Math. Synon. de morphisme (s.v. morph(o)-). V. Encyclop. Sc. Techn. t.6 1971, p.676. 2. Minér. Fait pour des minéraux de présenter des structures cristallines identiques. Ces composés [calcite CACO3, magnésite MgCO3, sidérite FeCO3 ...] (...) présentent de grandes analogies dans leurs formes cristallines (homomorphisme) (Encyclop. Sc. Techn. t.8 1972, p.51). Homomorphique , adj. bot. Synon. de homomorphe. C'est J.-L. Williams qui, entre 1897 et 1904, a montré l'existence d'une alternance chez les Algues. Ses travaux ont établi que chez un Dictyota (Algue brune), les gamétophytes haploïdes (et dioïques) alternent avec le sporophyte diploïde, les uns et les autres ayant une structure végétative identique (diplobionte [organisme dont le cycle évolutif est en grande partie régi par la phase diploïde] iso- ou homomorphique) (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.792).
hydromorphe , adj. sc. de la terre. Sol hydromorphe. ,,Sol dans la formation duquel le facteur principal a été l'eau: celle des submersions ou celle de la table d'eau`` (PLAIS.-CAILL. 1958). Processus hydromorphe. ,,Processus commandé par l'eau du sol`` (PLAIS.-CAILL. 1958). La présence d'une couche de calcaire fin, (...) est très défavorable à la croissance de l'arbre; (...) il en est de même du caractère hydromorphe du sol, qui se traduit par l'existence de conditions asphyxiantes pour le système radiculaire (BOULAY, Arboric. et prod. fruit., 1961, p.74). Hydromorphie , subst. sc. de la terre. ,,Modifications du sol dues à l'eau`` (PLAIS.-CAILL. 1958). Hydromorphisme , subst. sc. de la terre. ,,Ensemble des phénomènes qui provoquent la formation des sols hydromorphes`` (MÉTRO 1975). Hydromorphique , adj. Synon. de hydromorphe (PLAIS.-CAILL. 1958).
V. idiomorphe (supra automorphe 2 ex. de Encyclop. Sc. Techn.), isomorphe, isomorphie, isomorphisme et aussi:
isomorphique , adj. chim. Qui relève de l'isomorphisme. La notion d'isomorphisme permit de mieux interpréter la composition chimique complexe d'un grand nombre de minéraux, d'attribuer à ceux-ci une formule simple en groupant certains de leurs constituants selon l'idée des substitutions isomorphiques d'éléments chimiques et de les constituer en séries isomorphes de minéraux (Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.359).
méromorphe , adj. math. Fonction méromorphe dans un domaine. ,,Fonction qui ne comporte dans le domaine que des singularités polaires`` (Lar. encyclop., s.v. fonction). Une fonction qui, dans une certaine aire, ne possède que des pôles, est dite méromorphe (Gds cour. pensée math., 1948, p.280). Fonctions entières ou méromorphes. Le cas d'une fonction définie dans tout le plan et ne possédant qu'un point essentiel a été profondément étudié. On peut toujours supposer que le point singulier est à l'infini. On obtient alors une fonction méromorphe dans tout le plan, ou, si elle n'admet pas de pôle, une fonction entière (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.46).
mésomorphe , adj. 1. Biol., psychol. V. ce mot s.v. méso- B 1. 2. Chim. États mésomorphes. ,,G. Friedel (1922) a désigné sous ce nom un état de la matière intermédiaire entre l'état amorphe et l'état cristallin, où se rencontrent certaines substances organiques antérieurement désignées sous le nom de «cristaux liquides» (O. Lehmann. 1889)`` (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.471). Phase mésomorphe. Phase pendant laquelle une substance se trouve à l'état mésomorphe. Les modes d'associations moléculaires qui caractérisent les phases mésomorphes jouent vraisemblablement un rôle important en de nombreux processus biologiques (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.471). Corps, substance mésomorphe. Corps, substance qui se trouve à l'état mésomorphe. On connaît actuellement près de 3000 corps mésomorphes. Chacun d'eux engendre une foule de structures variées: lames biréfringentes homogènes, lames hélicoïdales, lames en gradins, structure à fils, à coniques focales, etc. (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.471). Mésomorphie , subst biol., psychol. ,,Type constitutionnel dans lequel prédominent les tissus dérivés du mésoderme et dans lequel la musculature, les os et les tissus conjonctifs sont particulièrement bien développés`` (Méd. Biol. t.2 1971). On dit aussi mésomorphisme. Mésomorphique , adj. V. ce mot s.v. méso- B 1.
métamorphe , adj. anthropol. Qui est parvenu à son état achevé. Certains anthropologues ont (...) insisté sur l'aspect anatomique enfantin des Vedda et des Pygmées; d'autres ont établi des distinctions tranchées entre les races protomorphes, archimorphes et métamorphes (Traité sociol., 1968, p.424).
monomorphe , adj. biol., méd. ,,Qui se présente toujours sous la même forme`` (Méd. Biol. t.2 1971). Ce trypanosome (...) est monomorphe chez l'homme et polymorphe chez les animaux de laboratoire (BRUMPT ds Nouv. Traité Méd. fasc. 5, 1 1924, p.343). Érythème monomorphe à marche acyclique (TEISSIER, DUVOIRDS DS Nouv. Traité Méd. fasc.2 1928, p.142). Monomorphie,monomorphisme , subst. Caractère de l'individu monomorphe (d'apr. SÉGUY 1967). Monomorphique , adj. Synon. de monomorphe (SÉGUY 1967).
pléiomorphe, pléomorphe , adj. microbiol. (Microorganisme) qui possède la propriété de changer de forme sous certaines influences. Rosenow a préparé un sérum par inoculation de cultures du streptocoque pléiomorphe (DOPTER ds Nouv. Traité Méd. fasc. 4 1925, p.32). Lombardo-Pellagrini a trouvé dans le beurre cinq acido-résistants pléomorphes (ROGER DS Nouv. traité Méd. fasc.4 1925, p.166). Pléomorphisme , subst. biol. 1. ,,Propriété que possèdent certaines bactéries de changer de forme sous des influences déterminées`` (GARNIER-DEL. 1972). Synon. polymorphisme (Lar. encyclop.). 2. ,,Phénomène de dégénérescence observé chez certaines espèces de champignons, caractérisé par l'apparition de mutants stériles`` (Méd. Flamm. 1975).
V. polymorphe, polymorphie, polymorphisme, polymorphique et aussi:
protomorphe, adj. 1. Anthropol. Primitif (v. supra métamorphe ex.). 2. Entomol., adj. et subst. masc. (Insecte) qui présente neuf segments postcéphaliques dès les stades embryonnaires (d'apr. SÉGUY 1967). Protomorphique , adj. entomol. Synon. protomorphe (adj.) (ibid.).
pseudomorphe , adj. minér. ,,Qui a pris une forme cristalline propre à un autre minéral`` (Lar. encyclop.). Pseudomorphisme , subst. minér. ,,Phénomène de transformation d'un minéral en un autre, qui conserve la même forme extérieure`` (Lar. encyclop.). Synon. épigénie A. V. aussi pseudomorphose (s.v. -morphose). Pseudomorphique , adj. minér. Synon. pseudomorphe. La marcasite peut être pseudomorphique de diverses substances et présente alors une texture compacte avec éclat semi-métallique (LAPPARENT, Minér., 1899, p.562).
tétramorphe. adj. et subst. 1. Chim. (Corps) qui peut donner quatre édifices cristallins différents (d'apr. DUVAL 1959). 2. Relig., adj. et subst. masc. (Être) qui réunit en lui quatre attributs, quatre figures, quatre symboles. Il fut admis que l'Évangile était comme le chérub, un être tétramorphe (RENAN, Église chrét., 1879, p.502). Le tétramorphe (...) marque que les quatre Évangélistes ne font qu'un, et ne doivent pas être séparés (BACH.-DEZ. 1882).
trimorphe , adj. et subst. chim. (Substance chimique) qui peut cristalliser sous trois formes différentes (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972). Trimorphisme , subst. chim. ,,Propriété d'un corps trimorphe`` (DUVAL 1959).
V. zoomorphe, zoomorphisme, zoomorphique et aussi:
zygomorphe , adj. bot. (Appendices floraux) à un seul axe de symétrie (d'apr. Forest. 1946). Le type de symétrie de la fleur, tantôt axiale (...), tantôt bilatérale (fleur irrégulière ou zygomorphe) fournit un (...) caractère important pour la classification (PLANTEFOL, Bot. et biol. végét., t.2, 1931, p.416). Zygomorphie , subst. bot. ,,Symétrie bilatérale d'une fleur par rapport à un plan vertical`` (Méd. Biol. t.3 1972).
Rem. À noter aussi les empr. au gr.: amorphe, anthropomorphe, dimorphe; à l'angl.: ectomorphe.
2. [Les mots constr. sont des subst. masc.] V. allomorphe (s.v. allo- A 4) et aussi:
entéromorphe , subst. bot. Algue marine verte, ayant l'aspect de tubes de 5 à 10 cm de long, fixés aux rochers par une extrémité (d'apr. Lar. encyclop., s.v. enteromorpha). Dans beaucoup de cas le peuplement d'une surface vierge immergée montre une succession de divers peuplements algaux. Par exemple, des diatomées benthiques se fixeront les premières (précédées par un voile bactérien), puis seront remplacées par des entéromorphes dont la fixation précède et favorise celle des fucus, lesquels en définitive remplaceront les entéromorphes (J.-M. PÉRÈS, Vie océan, 1966, p.90).
rhizomorphe , subst. bot. [Chez les champignons] Long cordon formé par l'agrégation de filaments mycéliens serrés, à orientation parallèle, à paroi épaissie vers l'extérieur, et ressemblant à des racines (d'apr. Lar. encyclop.). «L'agaric de l'olivier», qui pousse sur des détritus, émet des flammes bleues, assez vives pour éclairer les sentiers, et le «rhizomorphe», dont la pullulation est sans limites dans certaines mines, resplendit de tels éclats que les voûtes en sont illuminées (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p.163).
Rem. À noter aussi l'empr. au gr.: Eumorphe ( «de belle forme»), subst. masc., entomol. Grand et bel insecte vert ou bleu, avec quatre taches orangées, propre aux régions indo-malaises et appartenant à l'ordre des Coléoptères (d'apr. Lar. encyclop.).
B. —[L'adj. en -morphe ne semble pas att.] V. dysmorphie (s.v. dys- A) et aussi:
eumorphie , subst. anat. Développement équilibré, harmonieux des divers organes tant du point de vue formel que structural. On dit aussi eutélie (d'apr. THINÈS-LEMP. 1975).
géromorphisme , subst. méd. ,,Aspect sénile d'un individu ou d'un organe`` (Méd. Biol. t.2 1971). Géromorphisme cutané. Trouble trophique de la peau, qui devient semblable à celle des vieillards, se manifeste à la puberté et s'accompagne d'aspect eunuchoïde (d'apr. GARNIER-DEL. 1972).
V. hylémorphisme, hylémorphique (rem. 1 s.v. hylémorphisme), hylémorphiste (rem. 2 s.v. hylémorphisme), métamorphisme, métamorphique et aussi:
orthomorphie, orthomorphisme , subst. Synon. de orthopédie (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972).
paramorphisme , subst. 1. Chim. ,,Modification de la structure cristalline d'une substance sans modification de sa structure chimique`` (Méd. Biol. t.3 1972). 2. Méd. ,,Altération morphologique constitutionnelle, congénitale ou acquise`` (d'apr. GARNIER-DEL. 1972). Cette hypoplasie [de l'articulation de la hanche] peut se constituer au cours de l'ontogenèse (...) et se manifester à la naissance, sous les formes bénignes de paramorphisme cotyloïde et de subluxation ou sous la forme plus grave de luxation franche (Encyclop. Sc. Techn. t.6 1971, p.557).
Rem. 1. -morphisme et -morphose entrent en concurrence dans la constr. de termes désignant un processus, une évolution, une transformation (v. -isme III B 2; v. aussi en partic. pseudomorphisme supra et pseudomorphose, s.v. -morphose). Il est d'ailleurs à noter que ,,métamorphisme est une variante de métamorphose, dans laquelle le changement de suffixe permet une spécialisation`` (COTTEZ 1980). 2. a) -morphe représente le subst. masc. morphe dans allomorphe (s.v. allo- A 4). b) -morphisme représente métamorphisme dans des termes comme endomorphisme (v. ce mot A) et exomorphisme (s.v. ex(o)- II A 1) (d'apr. COTTEZ 1980). De même -morphe semble représenter l'adj. métamorphique dans l'adj. dynamomorphe. Mais c'est au fond sur l'état de la matière au début des transformations en profondeur que portent les discussions; cet état «oligophasé» ou «dynamomorphe» (L. Glangeaud, 1943, 1947) correspondrait à un désordre atomique favorable à la migration des atomes (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.488). En effet, l'Encyclop. Sc. Techn. atteste l'adj. dynamométamorphique de même sens (v. roches dynamométamorphiques t.7 1972, p.796), ce dernier correspondant au subst. masc. dynamométamorphisme ,,ensemble des processus de transformation mécanique des roches sous l'influence des mouvements orogéniques qui se produisent en différentes profondeurs de l'écorce terrestre`` (Lar. encyclop.). [On] distingue trois types principaux de roches métamorphiques: roches de thermométamorphisme; roches de dynamométamorphisme; roches de métamorphisme général (Encyclop. Sc. Techn. t.7 1972, p.795).
Prononc.:[], [-i], [-], [-ik]. Bbg. DUB. Dér. 1962, p.20, 62, 104.

-morphe, -morphie, -morphique, -morphisme
Éléments de composition, du grec morphê « forme ». aussi -forme, morph-, et rem. ci-dessous.
Ces éléments entrent dans la composition d'adjectifs et de substantifs tirés du grec ou formés en français tels que : allélomorphe, allomorphe, amorphe, amorphie; anthropomorphe, anthropomorphisme; dimorphe, dimorphisme; hétéromorphe, hétéromorphisme; isomorphe, isomorphisme; métamorphique, métamorphisme (→ aussi Métamorphose); polymorphe, polymorphisme; trimorphe, trimorphisme; zoomorphie, zoomorphisme; zygomorphe.
REM. L'élément -morphisme, repris de homomorphisme, est utilisé en mathématiques pour former des noms de transformations ou correspondances (ex. : automorphisme, endomorphisme, isomorphisme…).
tableau Lexique de la chirurgie.

Encyclopédie Universelle. 2012.